1. La première recommandation nécessite un préambule : les différents termes ne recouvrent pas les mêmes approches des concepts (bien préciser nos conceptions) et s'interpénètrent.

  • Tout d'abord, l'éducation est centrale et est globale (tout public, tout âge, tout territoire).
  • L'EE : "environnement" doit être lu comme "milieux de vie", dans toutes ses nuances.
  • L'EEDD traduit une évolution historique qui rend légitime la place de l'EE dans une dynamique d'éducation vers le développement durable.
  • L'EEDD doit intégrer tous les acteurs et les champs d'action concernés par les trois sphères du développement durable (éducation, développement, solidarité, action sociale, santé, économie, tourisme, etc.).

Compte-tenu de ces éléments, l'EEDD nécessite la mise en place d'une plateforme plus large qu'un
collectif comme le CFEEDD
pour que tous les acteurs s'y impliquent à égalité.

2. Afin de pouvoir dialoguer : chaque acteur de cette plate-forme aurait à clarifier son identité, pour
pouvoir construire de vraies complémentarités.

3. La recommandation 2 invite à réfléchir sur le nom du CFEEDD : faut-il le changer ?
Deux pistes :

  • On ne change pas un nom car il traduit une évolution historique.
  • Le "DD" de CFEEDD ne brouille-t-il pas la compréhension par les publics de l'identité du collectif ?

Pourquoi ne pas revenir au CFEE, le DD faisant partie intégrante des finalités du collectif ?

 

> consulter l'intégralité des 200 recommandations de Caen issues des 2e Assises Nationales de l'EEDD en 2009.